Hello Les Plumes – août 2018 partie 2


Hello Les Plumes / mercredi, août 8th, 2018

Dans Hello Les Plumes d’août, nous allons exceptionnellement vous présenter deux auteurs… Les gagnants de notre concours en partenariat avec les Éditions de la Caravelle.
La deuxième interview présentée est donc celle de notre gagnant ex-æquo, Jérémia Forêt, alias Boo-Bap-Doo-Wap sur Wattpad. Il a su nous époustoufler au travers de ses épreuves d’invention, notamment sa fable sur son œuvre, Odyssée Tome 1 : Les Portes.

Eh bien je m’appelle Jérémia Forêt, j’ai 28 ans. Je gribouille des petits textes depuis que j’ai, genre, dix ans. Pour le pseudo ça n’a rien à voir avec un nom d’auteur, juste le pseudo que j’utilise partout vu que je suis allergique aux multiples comptes qu’on doit se faire partout, du coup je fais toujours le même.

J’espère ! Je commençais beaucoup d’histoires sur des univers existant, des petites fan-fictions sur des jeux ou des trucs comme ça. Je me suis mis sérieusement à écrire régulièrement vers mes 16-17 ans je dirais.

C’est à cause de ce roman en fait. Quand l’idée est venue, c’était la première fois que j’imaginais autant de chose pour une histoire, et plus je continuais à l’écrire, plus elle gagnait en amplitude. Alors qu’avant je me contentais de quelques prologues qui ne voyaient jamais de suite. Alors que là j’avais vraiment envie de la mener à bout.

Oulah, ça remonte à loin…

C’est ça ! Je crois que j’avais vers dix-sept ans. Je crois qu’à la base, on était trois potes à faire du théâtre et j’avais commencé à imaginer un film où on pourrait chacun avoir un rôle. C’était genre mon trip d’être comédien à ce moment là. C’est de ça que sont apparus Noah, Nikolaï et Az à la base.

Nikolaï. Enfin sans les capacités intellectuelles.

Non de moi seul, j’avais déjà bien avancé avant de la montrer à quelqu’un. Je crois d’ailleurs qu’ils ne l’ont jamais lue.

Il y a certains sujets qui me sont chers que j’ai voulu dissimuler à l’intérieur, mais le gros est surtout dans le caractère et les réactions des personnages. Le fait d’être un peu perdus et désabusés par ce qui les entourent, le caractère parfois un peu déprimant de certains. Ca reflétait pas mal ce que je pensais à l’époque (Crise d’adolescence oblige…).

Certains points de vue sont toujours les mêmes, mais je les prends différemment maintenant. Je suis peut-être moins impliqué qu’avant, ou plus détaché. Mais ça se sent parfois dans l’évolution des personnages. Je pense les faire un peu trop adultes parfois, surtout pour les trois amis qui avaient mon âge au moment de la conception.

Déjà, j’ai intégralement réécrit la première partie qui était vraiment trop différente au niveau du style par rapport à maintenant. Après j’essaye de me remettre en condition, savoir comment j’étais à ce moment-là.

La nouvelle version, j’ai commencé à la publier cette année. Sinon il est bientôt terminé oui, il me reste 3 petites parties pour achever le tome 1.

Ah ben oui j’aimerais le faire éditer si possible, le 2 a juste les bases de posées. J’ai un autre roman en préparation avant que j’aimerais terminer, histoire de me laisser le temps de réfléchir au 2ème. Surtout que celui-ci m’a pris dix ans à écrire, il va falloir que le second soit plus efficace si ça fonctionne. 

De ne pas se prendre la tête. Au début je butais sur des passages, je me bloquais constamment parce que je n’arrivais pas à écrire telle ou telle action ou que tel chapitre était mauvais. A un moment je me suis dis « Avant de penser à ce qui est bien ou pas bien, va déjà au bout de ton histoire pour commencer ! » Et du coup j’ai arrêté d’écrire pour que ça plaise forcément à un éditeur, j’ai juste écrit comme ça me venait et j’ai avancé beaucoup plus vite. Ça ne sert à rien de se bloquer pour rien, on écrit d’abord pour soi, et les autres accepteront ou non l’histoire. Donc je leur dirais sûrement d’aller au bout de leur projet, peu importe ce qu’il se passe ou si quelque chose leur semble moins bien.

Oui, je les prends en compte, après il ne faut pas tout prendre pour argent comptant. Les gens donnent leur avis de lecteur extérieur mais c’est avant tout mon projet et surtout mon style d’écriture. En faisant des échanges d’avis je me suis vite rendu compte que je postais des commentaires sur certaines phrases qui me paraissaient étrange alors que ce n’était tout simplement pas mon style d’écriture. Et là-dessus personne ne peut vraiment dire quoi faire ou quoi changer. Du coup, je prends en compte mais avec du recul.

Difficile à dire, chacun à son style, après moi j’aime moins les styles que je trouve plus simple comme au présent et à la première personne, mais si des gens sont là pour lire, c’est que le style est bon.

Oui bien sûr, j’ai un style exceptionnel ! Non je plaisante, ça serait un peu prétentieux. Honnêtement je ne sais pas trop, je n’avais encore jamais vraiment soumis mon travail avant. J’ai participé à quelques concours de nouvelles sans jamais rien remporter et comme il n’y a aucun retour pour ça je ne savais pas trop quoi penser.

Oui beaucoup ! Surtout que les épreuves étaient franchement intéressantes à faire ! Surtout écrire une lettre à un de ses personnages, c’est peut-être bête mais ça m’a rapproché de Noah je trouve ! Ça va être plus dur de poursuivre ses mésaventures du coup.

Surtout pour la 2ème, quand il fallait écrire une scène avec un personnage ayant un caractère opposé. Pour trouver une histoire intéressante à faire, et pas juste écrire une scène sans but. Surtout que je ne pense pas trop avoir de personnage trop catalogué donc difficile de trouver un opposé clair.

Moi j’adore les histoires avec plusieurs points de vue, ça donne plus de profondeur je trouve, et surtout avec des héros psychologiquement torturés. Après toute histoire peut être intéressante quand l’auteur maîtrise bien son sujet et son univers. Mais je suis plus attiré par tout ce qui est fantastique, que tout soit sorti de la petite tête de l’auteur. Je trouve ça assez incroyable de me plonger dans un monde que quelqu’un a entièrement fabriqué.

Oulah, ça devient psychologique ! C’est sûr que oui puisque tout vient de lui, et je pense qu’écrire une histoire c’est un peu cracher qui on est. Il y a toujours un peu de soi dans une histoire, avec le caractère des personnages, des choses qu’on n’avoue pas trop mais qu’on fait transparaître à travers eux… Et puis l’univers en lui-même, je pense qu’il peut refléter notre état d’esprit sur le monde actuel. C’est un peu une image de ce qu’on vit tout les jours, qu’on a embelli ou transcrit d’une autre manière. Je ne sais pas si je suis clair.

Retrouvez nos autres articles d’Hello Les Plumes !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *