Comment construire votre intrigue


Aide & Conseils, Écriture / dimanche, juillet 8th, 2018

 

Écrire un roman, c’est super ! Mais comment s’y prend-t-on ?Vous pouvez commencer devant votre ordinateur (ou machine à écrire pour les plus courageux) et écrire au fil de vos envies. L’inconvénient avec cette « méthode« , c’est que vous risquez bien vite de tourner en rond et de ne plus savoir quoi dire dès le chapitre 10 quand vos personnages auront fait le tour de vos fantasmes narratifs… Alors que faire ?

Il n’y a pas de secrets ! Un roman se construit de A à Z ; le vôtre ne réchappera pas à la règle ! Mais vous avez de la chance, La Plume Encrée est là pour vous donner les principales clés d’une genèse de roman.

Telle une maison, votre roman a besoin de fondations. Celles-ci sont parfois évidentes, mais les mettre à plat ne vous fera pas plus perdre de temps que ça !

– Pensez au genre de votre roman : Fantastique, Fantasy, Romance, Science-fiction, Chiklit ? Un mélange de deux genres ? Tout est possible, mais sachez que cette simple décision peut vous faire gagner des idées ! Car chaque genre possède quelques impératifs et des clichés – à éviter ou sur lesquels on peut jouer. On le répète, tout est possible à partir du moment où l’on sait où l’on va…

– Réfléchissez aux thèmes que vous souhaitez aborder. Même si dans l’immédiat, ça ne vous servira pas tout de suite, sachez que cela peut vous donner des pistes à exploiter dans votre trame. Exemple : si vous souhaitez aborder la folie ou une psychose, une petite documentation pourrait vous fournir un panel d’informations bonnes à utiliser.

– Définissez l’univers de votre roman. Sera-t-il lugubre et sombre ou édulcoré et pailleté ? L’univers retranscrit l’arrière fond de votre roman. Vous pouvez évidemment mêler des univers antithétiques pour créer des effets…

– Enfin dernier point, et pas des moindres, le sujet ! Bien sûr, une idée originale attirera plus de lecteurs, mais toute histoire possède sa propre originalité. Il suffit juste de trouver ce petit quelque chose qui fait la différence. Pour trouver votre sujet (autrement dit votre histoire), inspirez-vous de vos propres expériences, de vos envies du moment, des choses que vous avez aimé ou détesté (sans tomber dans le plagiat d’univers attention). Exemple : L’invasion des fourmis vertes ; l’histoire d’un couple, etc. Tellement de possibilités !

Sans entrer dans des détails extrêmes, réalisez le squelette de votre roman.

– Commencez par un début, plus ou moins dessiné. L’idée n’est pas d’écrire l’incipit de votre roman. On n’est encore loin de la phase d’écriture ! Mais esquissez sommairement votre début d’intrigue. Par quoi voulez-vous commencer ? Quel(s) élément(s) voulez-vous que le lecteur découvre en tout premier ?

– Écrivez la fin de votre roman. Pourquoi si tôt ? Parce qu’ainsi, vous saurez où vous diriger. Bien sûr, rien n’est absolument figé. Une idée de dernière minute peut modifier la fin que vous aviez imaginé. Mais anticiper la fin de votre intrigue vous permettra d’éviter bien des écarts et de générer des incohérences.

– Dressez quelques tournants clés de votre roman. Quatre à cinq maximum. Ce seront les temps forts de votre intrigue. Ça peut-être tout et n’importe quoi, mais ces moments doivent répondre à un impératif : être un rebondissement. Vous allez ainsi baliser votre intrigue et vous allez par la même occasion instaurer un cadre ne permettant plus aucune dérive ou incohérence. Attention ceci dit ! Cela de signifie absolument que ce que vous érigez pour l’instant sera figé et immodifiable. Bien au contraire ! Tout peut évoluer. Nous vous donnons là des pistes pour créer une intrigue solide pour éviter des incohérences, des égarements inutiles, etc.

– Amorcez quelques idées supplémentaires que vous aimeriez traiter et mêlez-les à votre intrigue principale.

– Facultativement, et seulement si vous vous sentez suffisamment à l’aise avec votre intrigue principale, élaborez des intrigues secondaires qui auront ou non une incidence sur ce qu’il se passe au premier plan. Cela peut-être une histoire sentimentale si votre intrigue traite du fantastique, la recherche de quelqu’un, ou des quêtes annexes… Ne vous interdisez rien ! A condition bien sûr que ces nœuds secondaires ne desservent pas l’intrigue principale. Autrement, ne donnez pas plus d’importance à une intrigue secondaire qu’à la première.

– Dessinez, littéralement, le squelette de votre roman. Prenez une grande feuille (ou plusieurs) et tracez le fil de votre œuvre, en rédigeant ce qui va apparaître dans votre roman du premier chapitre au dernier chapitre. Inutile d’estimer qu’à tel chapitre il se passerait tel événement, vous verrez que vous ne respecterez pas cette mesure. Toujours est-il que dessiner le squelette de votre roman vous donnera une vue d’ensemble de ce que vous avez déjà traité.

[affilinet_performance_ad size=728×90]

Maintenant, il ne reste plus qu’à rédiger. En se disant que ce n’est que le premier jet !

Suivez le squelette que vous avez soigneusement construit, sans vous précipiter. Si une idée vous vient, ne la jetez pas. Notez-la et voyez comment vous pouvez l’accompagner, l’amorcer dans votre intrigue. Votre squelette n’est pas figé ! Vous pouvez le modifier à tout moment, rectifier deux trois éléments par-ci par-là quand vous sentez que ces modifications ne feront qu’améliorer votre intrigue.

Ecrivez selon vos envies. Si vous le souhaitez, vous pouvez vous imposer un rythme, une cadence d’écriture. Mais si vous vous forcez, vous risquez d’avoir une production en deçà de vos capacités.

Vous pensez votre bébé achevé ? Il n’en est rien !

Ce que vous avez écrit n’est qu’un premier jet, nous vous le disions à l’étape 3.

Prenez le temps de vous relire, plusieurs fois s’il le faut ou si vous en ressentez la nécessité. Prenez ce temps pour faire la chasse aux fautes d’orthographe, de grammaire et de syntaxe, éradiquez les répétitions non désirées, éliminez les petites incohérences qui vous auraient échappé. Et surtout, n’hésitez pas à réécrire des passages qui vous semblent mauvais ou moyens. A partir du moment où vous sentez que quelque chose ne va pas, prenez les devants et améliorez à votre guise.

Ne vous privez pas non plus d’aide extérieure : des amis, des parents… Proposez la lecture de votre premier jet et soyez à l’écoute de leurs remarques. Et ne nous vexez surtout pas s’ils émettent des critiques négatives ! Toute piste de réécriture est bonne à prendre, que vous en teniez compte ou pas.

* * * * *

Une fois ces quatre étapes accomplies, non sans mal, vous devriez avoir devant vous un roman à votre image et dont vous pourrez être fier. Si vous devez retenir quelque chose de la genèse de votre roman, sachez qu’être organisé est la clé et que rien n’est jamais figé.

Nous espérons que cet article vous a plu et qu’il pourra vous aider dans la création de vos nombreuses idées prolifiques !

 

Pour retrouver nos autres articles d’aide & conseils : 

9 réponses à « Comment construire votre intrigue »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *